SUIVEZ-NOUS :
Sea Explorer par l'association Terre Marine - CAP D'AGDE
33 (0)6 12 75 10 06 contact@terre-marine.org
  • Français
  • English

Son histoire

Je suis né sur les îles de Lérins au large de Cannes, voici quelques années, commandé par un Monsieur «à l’aise financièrement» qui voulait m’amener à Porto Rico.
Ma fabrication, coques et pont, a alors débuté.
Tout était bien parti mais ce Monsieur si passionné, s’est lassé bien vite et ils ont arrêté de me construire.
J’ai attendu longtemps sur mon terre-plein que l’on continue à me donner vie, un peu triste, il faut bien l’avouer.
Mais un beau matin d’automne, arrivent deux amoureux de la mer qui me disent «mais tu es trop beau toi, tu es comme celui que l’on voulait faire, allez on t’adopte»
Bon pas si simple, ils ont pas trop de sous mais comme mon Monsieur riche il m’avait déjà payé en partie, l’affaire est conclue et me voilà parti par la mer jusqu’à ma nouvelle destination qu’ils appellent Cap d’Agde.
Ils me remorquent avec un gros bateau et moi tranquille derrière.
Tout se passe bien et on décide de me mettre sur un parking à l’entrée du port, bon c’est sympa je vois passer les bateaux et il y a plein de gens qui viennent me dire bonjour.
Mes deux passionnés, l’un écologue marin et l’autre professeure, ils sont vraiment motivés. Ils créent une association, réunissent autour deux toute une équipe de marins, techniciens, scientifiques et enseignants.
J’entends de belles choses, ils vont mettre sur mon dos des enfants, des familles, des personnes qui vont étudier la mer, me faire naviguer pour faire comprendre la nécessité de préserver la Méditerranée et sa faune marine , super, là moi j’adhère à fond.
Bon pas aussi simple, pour ça il faut toujours des sous et j’ai pas l’impression que depuis que je suis parti des îles de Lérins ils ont gagné au loto…
Alors les voilà partis partout pour en trouver, ils montent des dossiers, rencontrent des gens parait- il importants qui leur promettent des tas de choses, ils y croient et….ils ont l’air souvent déçus.
Mais ils s’accrochent et après de longs mois, ouf ils gagnent un concours organisé par la région «Languedoc-Roussillon» qui les aide et la Banque Populaire du Sud accepte de leur prêter de l’argent, alors là bravo, il paraît que dans la conjoncture actuelle c’est pas fréquent…
Du coup le département de l’Hérault suit, les facultés, des instituts de recherche, des fondations, des entreprises et surtout leurs amis de toujours Hyper U et Balnéocap.
On décide même de mettre pleins de noms sur mes coques contre un petit chèque, des amoureux, des familles, mais surtout ce que j’aime le mieux c’est les noms des enfants.
Alors c’est reparti, on me construit de nouveau et partout mes amis récupèrent des pièces d’occasion, ils vont un jour dans une casse d’avion et ils récupèrent de l’aluminium, des planchers, un jour dans une casse de bateau ou ils récupèrent des hublots de cargo…
Des gens viennent me voir et donnent des pièces dont ils ne se servent plus et même un Monsieur qui donne tout un bateau.
Alors là c’est tout une histoire, parce qu’on le sort à coté de moi et on le démonte entièrement. On remonte ses pièces sur moi, bon ça me va bien, c’était un bateau classe, Italien en plus, je trouve que cela me donne fière allure.
Quand je dis on, c’est tout une équipe, des bénévoles, des passionnés qui ne comptent pas leur temps, juste pour le plaisir de participer à cette belle aventure et de me voir un jour naviguer, j’en ai presque mon aluminium qui fond de bonheur.
Tenez une anecdote, un jour ils trouvent deux mâts de 20m que leur donne un professionnel du bateau, bon il faut les amener de la zone technique à l’entrée du port, pas loin quatre kilomètres.
Mais on va pas louer un camion pour ça, trop cher, de la pollution en plus. Allé tous les copains viennent et par la route à pied on porte, on fait rouler, on pousse et on y arrive, zéro CO2 et plein de convivialité.
Bref du coup, on me met un roof, un pont arrière, un poste de vigie pour observer les dauphins et la vie marine, du super accastillage et des cabines avec le bois et le matériel de mon copain le bateau Italien.
Ils décident de me mettre deux gros moteurs de tracteur, sur le coup je suis un peu étonné mais ils disent que c’est pour faire de jolis sillons dans la mer.
Moi je veux bien s’ils sont silencieux et écologiques, il paraît que c’est les dernières normes, peu de consommation et de rejet en mer et dans l’air. Alors du coup les gars à prévoir panneaux solaires, éoliennes pour l’énergie et réfléchir à diminuer au maximum l’ impact de ma navigation sur le milieu marin et dites vous avez pensé à mon antifouling, pour des scientifiques vous allez pas mettre des tas de biocides dans l’eau tout de même.
Bon là, j’aurais mieux fait de me taire parce qu’ils ont pensé à tout et même à mon cycle de fin de vie, recyclé j’ai entendu. Gloups.

Bon nous n’en sommes pas là, au contraire après plusieurs années de travaux me voici tout prêt, tout beau pour me rendre enfin utile… 

 

IMG_3222

 

IMG_1223IMG_3243IMG_5080

Retour Accueil